La Saveur de la pastèque

Tsai Ming-liang, 2005. franco-taïwanais, 
115 mn v.o. sous-titré français, Age légal :18 ans 
Avec : Lee Kang-sheng, Chen Shiang-chyi 


Faire l'amour est bon pour la santé. Mélancolie du désespoir, beauté des silences. Tsai Ming-liang au sommetLa sécheresse est telle à Taïwan que la population est invitée à remplacer l'eau par le jus de pastèque. 

Elle, c'est en volant l'eau des toilettes publiques qu'elle subsiste.Lui, c'est en montant sur les toits, la nuit tombée, qu'il tente de se rafraîchir en se baignant dans les citernes d'eau de pluie.Solitaires, assoiffés, épuisés par la chaleur et le désir, ils se retrouvent pour mieux se perdre dans l'excitation torride et la saveur de la pastèque. 

Chantre de la poésie moderne, Tsai Ming-liang est un génie méconnu qui bricole des fictions d'une tristesse inconsolable, qui parle mieux que quiconque de l'amour, de la frustration, de la sexualité, de la difficulté de communiquer. En aucun cas des précipités dépressifs mais des films viscéralement mélancoliques dans lesquels des âmes romantiques errent dans un monde déshumanisé à la recherche de l'amour fou. La saveur de la pastèque reprend les thèmes majeurs de Tsai Ming-liang, de l'importance de l'eau à la sexualité malade en passant par la solitude urbaine. Les aficionados seront en terrain connu ; les autres, moins. 

La Saveur De la Pastèque, musique, sexe et jus de pastèque : une comédie érotico musicale. 

Récompensé par l'Ours d'argent de la meilleure contribution artistique (!) lors du dernier Festival de Berlin, La Saveur de la pastèque de Tsai Ming-liang est le film le plus délirant de l'année. 


date:

jeudi, 19 avr. 2018 à 20:30

prix:

entrée gratuite.-


Mes Films – La dernière séance